Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Phytocorsa - Christophe Girardin Andreani

thèmes abordés: médecine naturelle, phytothérapie, détoxication, ethnomédecine, nutrition, diététique, REIKI et santé holistique,

les miracles méconnus de la nature : la feuille d'olivier

Publié le 19 Juillet 2011 par phytocorsa

  

Phytocorsa Ecole

 

Centre de formation en naturopathie

correspondance et stages

 

www.phytocorsa-ecole.com

 

 

Incontournable vedette des paysages méditerranéens, l'olivier est surtout connu pour son fruit et son huile, également pour son bois délicatement veiné et si doux au toucher qu'il invite à la caresse. 

Usage vernaculaire (remède de "bonne fame"):

Moins connue que le fruit ou l'huile, la feuille de l'olivier est pourtant riche de principes phyto-actifs particulièrement précieux, notamment l'oléuropéine et son métabolite l'élénolate de calcium.

L'histoire de l'utilisation de la feuille d'olivier commence il y a des milliers d'années, quand les guérisseurs des villages corses, sardes, romains et grecs soignaient les infections et prévenaient les épidémies même les plus dévastatrices par des décoctions longuement mijotées du précieux feuillage.

Un médecin militaire qui servait dans les armées napoléoniennes et dont l'histoire n'a pas retenu le nom avait remarqué, au cours de la guerre d'Espagne, que les blessés  français succombaient presque toujours à la gangrène alors que les soldats et insurgés espagnols guérissaient rapidement et sans complications même de graves amputations. Et Dieu sait si la chirurgie militaire de l'époque était peu soucieuse d'antiseptie.

Des espions dépêchés dans les rangs ennemis revinrent avec la solution: les plaies étaient traitées avec des cataplasmes de feuilles d'olivier broyées avec de l'huile.

Que dit la Science?

Aujourd'hui les études cliniques confirment l'efficacité des savoirs populaires.

Et nous pouvons affirmer que la dédoction de feuille d'olivier, outre ses effets protecteurs du syndrome métabolique (hypertension, hypercholestérolémie, état prédiabétique), stimule fortement les défenses immunitaires, régule la flore intestinale en combattant candidose et colibacillose (ce qui a pour effet de réduire la perméabilité intestinale cause de multiples maladies), élimine les parasites intestinaux et surtout sanguins et lymphatiques (filariose, maladie de Lyme), agit comme un antibiotique naturel en détruisant sélectivement les souches pathogènes (sans détruire les "bonnes" souches microbiennes et sans induire de résistance).

On peut utiliser la feuille d'olivier contre la "tourista" et toutes les formes de troubles d'accélération du transit. En lavements du nez, elle permet de traiter toutes formes de rhinites (sauf allergiques) et sinusites, en gargarismes elle aide au traitement des angines et autres troubles ORL.

Comment réaliser une décoction de feuilles d'olivier?

Dans un grand faitout en fonte laquée ou inox (éviter l'aluminium et le Tefal), on place une couche généreuse de feuilles d'olivier soigneusement lavées (pour éliminer les retombées de Fukushima et autres cadeaux empoisonnés de l'industrie humaine). On place une pierre elle aussi lavée sur les feuilles pour les maintenir dans le fond. On complète le tout avec de l'eau (les trois quarts du faitout). On laisse cuire à frémissement jusqu'à réduction à la moitié du volume initial d'eau (environ deux heures). La décoction se conserve en bouteille une semaine au réfrigérateur.

On peut préparer la décoction à la demande en faisant bouillir une bonne poignée de feuilles fraîches ou sèches dans un demi-litre d'eau mise à bouillir vingt minutes (à petits bouillons).

Boire 4 demi-verres à Bordeaux par jour ou plus si besoin. 

Seul inconvénient, le goût (qui peut être adouci par une adjonction de miel).

Comment utiliser la décoction de feuilles d'olivier?

En cure d'une ou deux semaines trois ou quatre fois par an (en prévention).

En cas de pathologie infectieuse, de parasitose ou de dérèglement chronique de l'intestin, prolonger la cure le temps nécessaire, renouveler au besoin.

Tous les immuno-déprimés sont concernés par la décoction de feuilles d'olivier.

Il n'y a aucune contre-indication ni accoutumance.

On trouve aujourd'hui des gélules de poudre de feuilles d'olivier séchées ou de poudre d'extrait sec.

 

 

Histoire de l'olivier

 

L’olivier, OLEA EUROPEA, sauvage ou cultivé, a longtemps été considéré par le peuple grec comme un cadeau que la déesse ATHENA aurait fait aux êtres humains, un cadeau précieux destiné à soulager leurs souffrances quotidiennes.

Généreux dispensateur de bois de chauffage ou d’ébénisterie, un bois facile à travailler pour fabriquer plats, bols, couverts et même jouets, mais aussi producteur de fruits et d’huile depuis toujours synonymes de santé et de longévité, l’olivier est aussi précieux pour ses feuilles riches en principes actifs quasi miraculeux.

Pendant la guerre d’Espagne, un médecin militaire des armées napoléoniennes était très perplexe de voir les soldats français blessés être systématiquement emportés par la gangrène tandis que de toute évidence les blessés espagnols se remettaient très vite même de graves amputations. De plus, les armées françaises étaient décimées par le typhus et la dysenterie, maux qui épargnaient l’armée ennemie.

Des espions dépêchés de l’autre côté de la ligne de feu revinrent avec le secret et l’explication du mystère : les médecins espagnols traitaient les blessés avec des cataplasmes de feuilles d’olivier broyées dans l’huile, et les épidémies étaient prévenues ou jugulées par des décoctions de feuilles d’olivier.

La feuille d’olivier est également très active contre les désordres intestinaux et les cures de décoctions ou de gélules de poudre ou d’extrait sec permettent de lutter efficacement contre les candidoses et colibacilloses. D’où l’intérêt majeur de ces produits contre l’hyperperméabilité intestinale, facteur étiopathogénique majeur de certains troubles du comportement et de presque toutes les maladies auto-immunes.

Il semblerait que les principes phyto actifs propres à la feuille d’olivier agissent comme un antibiotique naturel mais qui ciblerait de façon sélective les seules souches pathogènes, et de plus sans causer de résistance microbienne.

De nombreux thérapeutes ont également signalé, aux USA notamment, que la feuille d’olivier pouvait faire des « quasi miracles » dans les cas de parasitoses comme la filariose ou la maladie de Lyme, même ancienne. L’usage vétérinaire a confirmé cette action antiparasitaire majeure. 

La médecine moderne a répertorié dans la feuille d’olivier des phyto actifs particulièrement intéressants, dont l’oléuropéine. Ces actifs présentent de multiples actions thérapeutiques contre l’hypertension, l’hypercholestérolémie, la baisse des défenses immunitaires, et se comportent comme des antibiotiques naturels, sans résistance microbienne ni effets secondaires. Malheureusement et par un grand mystère ils restent presque complètement inconnus et donc inemployés par la grande majorité des praticiens.

Dr Christophe Girardin Andreani

 

De nombreuses infos sur la phytothérapie sont disponibles sur notre site 

www.menla-garden.com